Adopter un Kakapo

C’est ce que nous avons fait, comme résolution pour l’année 2014.

Depuis nous sommes les heureux parents de Kuia, une femelle Strigops kakapo maintenue sur l’île de Maud (Maud island) en Nouvelle Zélande. Pour la 4 ème année consécutive nous avons reconduit l’adoption grâce notamment aux fonds récoltés par la tombola organisée lors de notre exposition d’automne.

Le Kakapo Ques Aquo ?

Le Strigops habroptila, aussi appelé perroquet-hibou ou whakapapa, est un oiseau de l’ordre des Psittaciformes, de la famille des Strigopidae (comme le Nestor Kéa) et de la sous-famille des Strigopinae. Son nom signifie Oiseau de Nuit en Maori.

Le perroquet de tous les records

Sinbad, le frère de Kuia

Le Kakapo est un oiseau qui par sa situation autrefois privilégiée car sans prédateur naturel, a pu donner libre court à ses envies en s’adaptant à son environnement sans aucune menace. En effet, c’est le seul perroquet nocturne, c’est aussi le plus lourd (4 kgs pour un mâle). Il ne sait pas voler mais est un formidable grimpeur. Il niche très souvent au sol mais on trouve des nids jusqu’à 20m dans les arbres. Il caractérise sa présence par des sons très bas à forte raisonnance, une forte odeur musquée et une grande curiosité. Il est naturellement peu farouche et non agressif.

Comme autres particularités il est le seul perroquet à détenir un harem et participe à des joutes entre mâles pour conquérir ses femelles.

Son espérance de vie est estimée aux alentours de 90 ans ce qui ferait de lui le doyen du règne aviaire.

Cet oiseau n’a pas de bréchet !

Une aubaine pour les prédateurs

Kuia alors qu’elle avait encore du duvet.

Quand les hommes ont colonisé leurs îles vierges, ils ont apporté avec eux la panoplie “règlementaire” de prédateurs. Les chats et rats s’en sont donné à cœur joie, s’attaquant aux oiseaux et aux nids. Leur disparition est également due à l’introduction volontaire d’hermines et de furets pour lutter contre la prolifération des lapins. Ils ont également remplacé avantageusement le poulet sur les tables des colons. Enfin l’exploitation des terres agricoles a dangereusement réduit leur espace vital.

Ajoutez à cela que leur instinct de reproduction est stimulé par la fructification du Rimu (Dacrydium cupressinum), plante endémique à la Nouvelle Zélande qui ne produit que tous les 2 ans, et vous comprendrez aisément les difficultés pour l’oiseau à survivre. Comme si cela ne suffisait pas, les fruits du Rimu sont des friandises non négligeables pour les prédateurs du Kakapo.

Bref historique

Le Kakapo est protégé depuis la fin du XIXème siècle où déjà il était estimé environ 200 spécimens. Il représentait jusqu’alors le 3ème oiseau le plus fréquent en Nouvelle Zélande. On l’a cru longtemps complètement et irrémédiablement éteint (ou presque) puisque le nombre de reproducteurs était devenu insuffisant pour maintenir un sang correct, jusqu’à ce qu’on retrouve une colonie dans une île voisine, mais elle aussi en proie à la disparition.

Kuia

C’est ainsi qu’il a été décidé de disperser les oiseaux restants dans 4 îles voisines, à l’abri des prédateurs. Aujourd’hui, après avoir essuyé une hémorragie qui a vu la population se réduire jusqu’à descendre sous la barre psychologique des 50 individus, la tendance à la croissance a repris et les efforts se portent sur la production de femelles et la richesse sanguine.

Kuia – l’espoir de l’espèce

Notre choix s’est porté sur Kuia car elle la dernière femelle descendante des gènes des premiers couples qui ont été protégés. Elle est prête à reproduire alors tous les regards sont braqués sur elle. Si elle s’avère féconde alors ce sera une victoire pour la sauvegarde de l’espèce.

Kuia est née en 1998. Kuia veut dire en Maori sage et vieille femme. Elle et ses deux frères Sinbad et Gulliver portent en eux les gènes des derniers spécimens protégés avant que l’on retrouve une nouvelle souche. Pour cette raison ils incarnent tout l’espoir de la survie de l’espèce.

Certificat d’adoption 2017

L’adoption de Kuia est pour nous une grande fierté. Elle devient notre mascotte et nous la suivons de près. Vous pourrez lors de notre prochaine exposition connaitre les nouvelles de notre protégée.

Flash Info :

Kakapo à peine sorti de l’œuf

Alors que Kuia a pour la première fois connu l’amour à 17 ans et que des petits sont nés en 2016, on apprend qu’un mal singulier s’attaque aux Kakapos. Dans la langue de Shakespeare cette maladie est appelée “Crunchy butt” littéralement “Cul croustillant“. On pourrait en rire si cette nécrose qui envahit le pourtour du cloaque de l’oiseau n’était pas mortelle, complètement inconnue et terriblement contagieuse. Fort heureusement, les oiseaux atteints ne sont répartis que sur une seule île et les précautions ont été prises. Kuia et ses petits sont hors de portée et ils se portent comme un charme.

Une autre nouvelle, bonne cette fois

il apparaitrait que l’on ait pu identifier l’hormone contenue dans le rimu (le kakapo ne reproduit que si la plante fournit des fruits) qui déclencherait l’éveil des sens chez nos (très peu) volatiles préférés. 

Bilan 2016 du programme de sauvegarde

Le Kakapo Recovery nous informe des résultats du programme de sauvegarde. Le graphique ci-contre représente la distribution de l’espèce par régions. En vert et en bleu ce sont les points de répartition historique, Stewart Island où le programme de protection s’était installé, et Fiordland la dernière zone sauvage en Nouvelle Zélande. Le jaune représente les spécimens qui ont été réintroduits sur les îles vierges : Whenua Hou (Codfish Island), Anchor Island et Hauturu o Toi (Little Barrier Island). Le rouge représente les naissances sur ces îles.

Jeune Kakapo

Alors n’attendez plus, adoptez un kakapo ou rejoignez-nous.

0
0
Club Ornithologique Drôme-Ardèche